Se déplacer en ville à vélo sans casse

bicycle-401977_640En ville, rien ne vaut le vélo pour gagner du temps et se faufiler entre les voitures qui bouchonnent généralement aux heures de pointe. Cependant, faire du vélo (en ville comme en campagne, d’ailleurs) représente un danger potentiel causé par une méconnaissance de la signalétique du code de la route ou encore à cause d’un vélo trop vieux ou mal équipé. Ainsi, comment faire du vélo en toute sécurité pour se déplacer ?

Pourquoi faire du vélo ?

Si l’envie de faire du sport et la sensibilisation environnementale sont deux leviers prépondérants, le vélo permet aussi d’économiser de l’argent, de l’espace et du temps. Cependant, l’homme à vélo, autant que l’homme à pied, reste un usager faible qui ressent un grand sentiment d’insécurité dans les villes où les gens conduisent vite et sont rarement attentifs. Mais comme vous le verrez, le risque est même plus grand en rase campagne.

Comment bien circuler à vélo ?

Donc, le vélo n’est pas sans risque. En effet, selon l’association de la Prévention Routière en France, en 2013, 147 cyclistes sont morts et 3784 personnes ont été blessées. Plus précisément, un cycliste décédé sur trois a plus de 65 ans et un cycliste sur quatre est mort suite à un accident avec un véhicule lourd. Enfin, les accidents mortels sont surtout présents dans les campagnes avec 54%, contre 46% en ville. Pour rouler de façon sécuritaire en vélo, il y a plusieurs éléments à respecter. Il faut, bien sûr, connaître les panneaux signalétiques qui vous concerne mais aussi être très attentif et avoir le matériel adéquat (et contrôlé).

Le respect des panneaux signalétiques

À l’exception des enfants de moins de huit ans, la circulation des vélos sur le trottoir est interdite. Il faut ainsi s’engager sur la route, là où les voitures sont légions. Si ces dernières ont une signalétique propre, les vélos en ont plusieurs à leur destination propre. Il faut impérativement les respecter :

vélo1Vélo2

  • Le panneau indique le début de bande cyclable conseillée alors que le second montre le fin de bande cyclable conseillée.

Vélo3Vélo4

  • Ici, la forme est ronde et décrit une obligation pour les vélos. La circulation des autres véhicules est interdit.

Vélo5

  • Il s’agit d’un sens interdit à n’importe quel véhicule sauf pour les vélos.

Vélo6

  • Il s’agit sans doute des rues qui peuvent faire un peur puisque si les voitures ne peuvent rouler que dans un sens, ce n’est pas les cas des vélos qui peuvent remonter la route dans les deux. Le second panneau indique l’arrivée d’une rue équipée comme telle.

Vélo8

  • Les Zones de rencontre et les Aires piétonnes. La première zone est dédiée aux usagers faibles (dont les vélos) et la vitesse est limitée à 20 km/h, tandis que la seconde autorise le cycliste à rouler au pas avec une priorité aux piétons.

Vélo7

  • S’il sera compliqué, en ville, pour un vélo, de rouler à 30 km/h, ce panneau concerne essentiellement les voitures qui devront faire attention à leur environnement. Il s’agit donc d’une zone de sécurité supplémentaire pour les cyclistes.

Vélo10

  • Ici, pas d’équivoque : ce n’est pas par-là que vous devrez passer. Pire : c’est strictement interdit aux vélos !

Vélo9

  • Ici, le panneau désigne une voie dédiée à la fois aux bus mais aussi aux vélos. Si cela s’avère pratique pour les deux roues, n’oubliez pas que les bus ont de fameux angles morts et que le contact avec ses mastodontes serait forcément fatal.

Vélo11

  • Enfin, les Voie vertes sont des voies de circulation pour tout ce qui est non motorisé. Y sont inclus : les piétons, naturellement, mais aussi les personnes en rollers, en skateboard, à vélo et l’on accepte aussi dans la définition de la Voie verte les cavaliers.

Le comportement idéal du cycliste

situ-anglemort-b

Bien qu’il soit considéré comme un usager de la route, le vélo est, pour rappel, un usager faible. Ainsi, le danger est permanent et il faut s’habituer à respecter plusieurs choses :

  • Analysez la situation de la route : à l’approche du carrefour, par exemple, plusieurs choses sont à prendre en compte et il faut généralement chercher le contact visuel des piétons et des automobilistes pour être sûr d’avoir été vu.
  • Maintenez votre trajectoire : tout en respectant les signaux (listés ci-dessus), veuillez à ne pas zigzaguer.
  • Gardez une bonne distance… entre vous et les gens qui vous précédent. Laissez une bonne distance devant et derrière pour pouvoir gérer un freinage subit et assurez-vous de laisser au moins un mètre de distance sur les côtés (1,5 hors agglo).
  • La difficulté pour tourner à gauche à vélo : Si en voiture la démarche est plus simple, à vélo, il faudra bien indiquer son intention de tourner à gauche, tendre le bras et changer tranquillement de direction.
  • Dans les carrefours giratoire… il faut également indiquer sa destination du bras tout en suivant la trajectoire du véhicule qui suit. Si le cycliste peut se placer au centre d’un carrefour giratoire à une voie, il faudra se positionner sur le milieu de la voie de droite.
  • Le risque des gros véhicules : nous le disions un peu plus tôt, les bus (mais aussi les camions) sont des véhicules extrêmement dangereux pour les vélos. La cause ? Leur manque de visibilité. Ainsi, il ne faut jamais dépasser un camion par la droite, évitez les angles morts (le long du camion/bus mais aussi devant ou derrière le gros véhicule) et gardez, encore une fois, au maximum, le contact visuel avec le conducteur.

 Un vélo bien préparé et sécurisé

situ-visibilite-b

  • Il y a quelques éléments logiques comme le respect de la taille du vélo et l’usage que vous voulez en faire. En ville, tout est possible, du vélo de ville au VTT en passant par les vélos pliants.
  • Techniquement, vos pneus doivent être bien gonflés et les freins bien réglés. À ce propos, bien sûr, il faut privilégiez les deux freins (avant et arrière) et pas seulement le frein avant qui va faire basculer le vélo vers l’avant. Pour les freins, en ville, l’idéal se sont les freins à disque ou à tambour.
  • Le vélo doit être équipé de feux et réflecteurs à l’avant et à l’arrière, ainsi que de réflecteurs orange sur les pédales. En tant qu’usager faible, la priorité est d’être vu par les autres usagers de la route.
  • Reste tout une série d’éléments très importants et sécurisants comme le casque (à partir de 5€ pour un casque enfant), le rétroviseur (environ 6€) ou l’écarteur de danger (à partir de 7€) (qui permettra de rester à une distance d’1 mètre en agglomération des autres présences sur la route).
  • Pour votre confort, il existe aussi de nombreux accessoires comme des carter de chaîne (cela permet de la protéger de la corrosion et de salir vos vêtements), un pare-jupe (à partir de 4,49€), pour éviter que les vêtements se prennent dans les roues, ou encore une pince ou serre-pantalon (vendus environ 3€). Bien sûr, le cadenas est aussi indispensable pour éviter les vols.
LES CONSEILS DE PROTEGERVOTREFAMILLE POUR ROULER SANS DANGER EN VELO

Respectez les panneaux du Code de la route : panneaux d’obligation, d’indication et accès réservés aux vélos.

Analysez et améliorez votre comportement sur la route : analyser la situation, attention à votre trajectoire et à vos distances, faites attention quand vous voulez tourner à gauche mais aussi aux carrefours giratoires et aux véhicules de gros gabarits tels que les bus, les cars et les poids lourds.

Un vélo sécurisé = une pleine sécurité : choisissez un vélo à votre taille et à votre utilisation, contrôlez vos freins et équipez votre vélo de phares et réflecteurs. Pensez au casque, au rétroviseur ou encore à l’écarteur de danger.

Parce que la prévention n’est malheureusement pas toujours suffisante, découvrez l’offre exclusive de Protegezvotrefamille avec devis et souscription ligne via votre PC, tablette et mobile. 


  • Sources images : http://www.lesrisquesavelo.com/
  • Source chiffres clés : http://www.preventionroutiere.asso.fr/Nos-publications/Statistiques-d-accidents/Accidents-cyclistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *